b0f1ba6be3f4249ea5e85de2180f10b5 Vous croyiez que vous pouviez juste passer par ici (de plus en plus nombreux, d’ailleurs… merci!), lire mes billets et repartir?! Eh bien non, aujourd’hui vous allez devoir bosser un peu, car j’ai un nouveau dilemme modesque à soumettre à votre jugement expert!

Le dilemme des Fashion Gambettes (et ceci n’est aucune allusion à une quelconque blogueuse influente).

Je vous explique.

Mon gros problème avec les intersaisons est de trouver le bon moment où passer du collant opaque d’hiver au collant fin au pas de collant du tout. Ma gambette panique, hésite, s’énerve, met des collants chauds quand il fait chaud et pas de collants quand il pleut. Le drame. Chaque année, cela finit donc invariablement par arriver : je passe un mois en jean (et PPL!), par flemme de trouver le bon degré de couverture pour ma gambette.

L’an passé, j’ai adopté la parade idéale : le legging, oui.

Idéal pour camoufler la gambette blanchâtre,

Idéal pour laisser respirer le pied et quitter enfin les bottes,

Idéal pour calmer les ardeurs du Mâle Printannier, toujours fort attiré par la gambette en liberté.

Un mix gagnant, donc!

Oui, mais ce printemps, je m’interroge. J’ai l’impression de voir beaucoup moins de leggings, et surtout de les voir principalement sur des mini-pouffies de 14 ans et demi en mini-jupe en jean.

Pourtant, mes leggings me manquent et j’ai bien envie de les ressortir. Et il m’arrive tout de même de temps en temps de croiser de jolis spécimens fashion à la « face hunter », en leggings.

Mais si je vais justement chez Face Hunter : point de legging en vue ces derniers temps, mais du pied bien couvert. OK, c’est à Stockholm, mais tout de même :

img 6146

Verdict : what do you think? Is legging dead? Ou bien le legging a t’il encore de beaux jours devant lui?

Allez hop, on vote, on envoie des commentaires et des liens ou des photos qui me prouvent l’un ou l’autre! Au boulot!

[polldaddy poll="657035"]
loading


hellocoton